FAQ

Questions générales

Pourquoi doit-on porter un dosimètre passif ?

​L’exposition aux rayonnements ionisants n’est pas sans risque pour la santé. Il est donc important de quantifier les doses reçues. C’est le rôle du dosimètre. Extrêmement sensibles aux rayonnements ionisants, nos dosimètres passifs permettent d’effectuer une mesure en temps différé de l’exposition externe des travailleurs, et de vérifier que les doses reçues par les personnes exposées dans le cadre de leur travail ne dépassent pas un certain seuil.

Par ailleurs, ces dosimètres permettent de vérifier l’efficacité des moyens de protection et de contribuer ainsi à l’optimisation de la radioprotection des personnes professionnellement exposées.

La réglementation définit des règles très précises pour le suivi dosimétrique.

Quelle est ma catégorie radiologique ?

​Si vous êtes susceptible de recevoir une dose efficace supérieure à 6 mSv par an ou une dose supérieure aux trois dixièmes des limites d’exposition précisées dans l’article R 4451-13 et suivants du code du travail, vous appartenez à la catégorie A.

Si vous êtes exposé aux rayonnements ionisants sans appartenir à la catégorie A, vous appartenez à la catégorie B.

Ce classement est placé sous la responsabilité de votre employeur après avis de votre médecin du travail (Art. R4451-44 et suivants du Code du travail).

Comment choisir le suivi dosimétrique adapté au poste de travail ?

​Ce choix repose essentiellement sur l’analyse du poste de travail effectuée par la Personne Compétente en Radioprotection. Cette dernière doit, au cas par cas, analyser les conditions d’exposition potentielles des personnes et prendre en compte notamment la nature et l’énergie des rayonnements ionisants utilisés, les conditions d’utilisation, les moyens de radioprotection…

Au vue de cette analyse, le type et la périodicité de port du dosimètre sont définis. Dans la plupart des cas, un dosimètre « poitrine » est nécessaire. Si l’exposition est inhomogène, ce dosimètre poitrine doit être complété de dosimètres qui permettent de s’assurer du respect des limites de doses aux parties du corps les plus exposées (doigts, poignets).

Les travailleurs classés en catégorie A doivent porter un dosimètre passif renouvelé chaque mois.

Les travailleurs classés en catégorie B doivent porter un dosimètre passif renouvelé au moins chaque trimestre.

Qu’est-ce qu’une personne compétente en radioprotection (PCR) ?

Dans tout établissement dans lequel sont utilisés des rayonnements ionisants, l’employeur désigne une personne compétente en radioprotection (PCR). Après avoir suivi une formation spécifique,  la personne compétente en radioprotection :

  • est consultée sur la délimitation des zones d’exposition,
  • participe à la formation du personnel exposé aux rayonnements ionisants,
  • évalue le risque d’exposition,
  • définit les mesures de radioprotection,
  • met en œuvre la dosimétrie passive et opérationnelle.
  • Est-ce que l’IRSN assure les formations de personnes compétentes en radioprotection ?

    ​Oui, l’IRSN met à votre disposition de nombreuses formations en matière de radioprotection et en particulier la formation de Personne Compétente en Radioprotection.

    Pour joindre nos formateurs certifiés pour assurer cette formation :

    www.irsn.fr (rubrique formation)

    formations@irsn.fr

    Téléphone : 01 58 35 87 23

    Une femme enceinte travaillant dans un service mettant en oeuvre des rayonnements ionisants peut-elle continuer à exercer son activité professionnelle ?

    ​Vous trouverez toutes les informations utiles sur la page Grossesse et exposition aux rayonnements ionisants du site internet de l'IRSN.

    Je suis amené(e) à prendre souvent l'avion au cours de mes déplacements professionnels, à quelle dose suis-je exposé ?

    ​Le suivi dosimétrique des personnes amenées à prendre l'avion régulièrement ne doit pas être réalisé au moyen d'un dosimètre, mais à partir d'un calcul.

    Pour avoir une idée du niveau de l'exposition en vol, vous pouvez vous rendre sur le site internet www.sievert-system.org et extraire la dose reçue pour chaque vol et la cumuler en fonction des vols effectués.

    Utilisation des dosimètres

    Quelle est la différence entre dosimètre passif et dosimètre opérationnel ?

    ​Un dosimètre passif est un dosimètre à lecture différée qui nécessite d'être retourné dans notre laboratoire afin de pouvoir être analysé.

    Le dosimètre opérationnel est un dosimètre électronique qui permet au porteur de connaître immédiatement la dose reçue.

    La réglementation française impose le port d’un dosimètre passif aux personnes travaillant dans toutes les zones où elles sont susceptibles d’être exposées aux rayonnements ionisants.

    En plus du dosimètre passif, le port d’un dosimètre opérationnel est obligatoire dès lors que l’on travaille dans une zone contrôlée (cf. art. R 4451-67 du code du travail). Dans cette zone, le dosimètre opérationnel vient donc en complément et non pas en remplacement du dosimètre passif.

    Comment porter son dosimètre nominatif ?

    ​Le dosimètre est obligatoirement porté à la poitrine à l’aide d’une pince pour le fixer, ou en cas d’impossibilité, attaché à un cordon placé autour du cou, ou à la ceinture et, le cas échéant, sous les équipements individuels de protection. L’équivalent de dose individuel Hp10 ainsi mesuré est assimilé à la dose reçue par le corps entier.

    ​Le dosimètre doit être porté SOUS les équipements de protection (par ex : sous le tablier de plomb ou sous les gants radio atténuateurs pour un dosimètre bague).
    Afin d’évaluer la dose au-dessus des Equipements de Protection Individuelle (EPI), tabliers, gants, vous pouvez commander des dosimètres « non nominatifs » qui seront dédiés à cette application.

    À quoi sert le dosimètre témoin ?

    ​Son obligation est définie dans l’arrêté du 30 décembre 2004 relatif à la carte individuelle de suivi médical et aux informations individuelles de dosimétrie des travailleurs exposés aux rayonnements ionisants – Annexe, point 1.3. Il est identifié comme tel et non destiné aux travailleurs, il fait l’objet de la même procédure d’exploitation que les autres dosimètres (acheminement, traitement), et ne doit en aucun cas être porté ou placé dans une zone réglementée.

    Pour effectuer un calcul de dose, il est nécessaire de soustraire la dose liée à la radioactivité naturelle et c'est celle-ci qui est mesurée par le dosimètre témoin. Nous obtenons ainsi la dose professionnelle.

    La meilleure pertinence de la mesure sera obtenue si le dosimètre témoin a été placé à l’abri de toute exposition liée à l’activité professionnelle.

    Le dosimètre témoin doit nous être retourné en même temps que les autres dosimètres. Dans le cas contraire, la dose liée à la radioactivité naturelle est obtenue à partir d’un calcul (estimation) qui peut avoir également une influence sur la précision de la mesure surtout si le lieu d’utilisation se trouve dans une zone à forte radioactivité naturelle.

    Où doit-on mettre le dosimètre témoin ?

    ​Il doit être placé dans chaque service, à l’abri de tout rayonnement ionisant, le dosimètre témoin est placé idéalement sur un tableau destiné à recevoir les dosimètres nominatifs des travailleurs exposés après leur journée de travail, il est  identifié comme tel, non destiné aux travailleurs, ni à la surveillance d'une zone de travail, et fait l’objet de la même procédure d’exploitation que les autres dosimètres.

    Comment ranger son dosimètre nominatif ?

    ​Hors utilisation, le dosimètre est placé idéalement sur un tableau (voir notre rubrique Accessoires), toujours à l’abri de source de rayonnements, de chaleur et d’humidité et si possible au même endroit que le dosimètre témoin.

    Cette méthode est définie  dans l’arrêté du 30 décembre 2004 relatif à la carte individuelle de suivi médical et aux informations individuelles de dosimétrie des travailleurs exposés aux rayonnements ionisants.

    Que faire en cas de perte d’un dosimètre ?

    ​Si une personne perd son dosimètre, il convient de nous le signaler le plus rapidement possible de préférence par courriel à : dosimetre@irsn.fr ou le cas échéant, par fax au : 01 30 15 52 24. Nous vous enverrons un dosimètre de remplacement (avec son dosimètre témoin).

    En aucun cas, une personne ne doit porter un dosimètre nominatif attribué à une autre personne ni un dosimètre témoin ou d’ambiance.

    Combien de temps doit-on porter le même dosimètre ?

    ​La durée de port d’un dosimètre dépend du niveau de dose que le travailleur est susceptible de recevoir. Les travailleurs dont le risque est le plus élevé (Catégorie A) changent de dosimètre passif chaque mois, on parle alors d'un suivi mensuel. Les travailleurs dont le risque d’exposition est plus faible (Catégorie B) peuvent changer de dosimètre passif chaque trimestre, ils font alors l'objet d'un suivi trimestriel.

    Pourquoi y a-t-il systématiquement un dosimètre témoin dans tout envoi de dosimètre supplémentaire (c'est-à-dire en-dehors des envois principaux) ?

    ​C'est une obligation réglementaire. Pour effectuer le calcul de dose du dosimètre supplémentaire, nous procédons de la même manière que pour les dosimètres de l'envoi principal, nous devons soustraire la dose liée à la radioactivité naturelle (y compris celle liée au transport des dosimètres) pour obtenir la dose professionnelle.

    Il est important de nous retourner le dosimètre témoin en même temps que le dosimètre supplémentaire.

    A quoi servent les autres dosimètres passifs : Dosimètre d’Ambiance, d’Environnement ?
  • ​Le dosimètre d'Ambiance
  • Les dosimètres d’ambiance sont généralement utilisés dans le cadre des contrôles réglementaires des installations. Ils ont pour but de mesurer la dose dans une zone définie, qui peut être, une zone contrôlée, une zone surveillée ou une zone publique.

    Conformément à l'article R. 445130 du code du travail, l’employeur procède ou fait procéder à des contrôles de radioprotection qui comprennent des contrôles des ambiances des lieux de travail. Ils permettent de disposer d’éléments contribuant à évaluer l’exposition des personnels en poste dans les zones surveillées ou contrôlées. Leur périodicité peut être mensuelle ou trimestrielle en fonction du type d’installation.

  • Le dosimètre Environnement
  • La surveillance de la radioactivité dans l’environnement, peut être assurée au moyen de dosimètres passifs RPL environnement. Le calcul de la dose « environnement » prend en compte la radioactivité naturelle (bruit de fond).

    Actuellement, de nombreux exploitants de l’Industrie Nucléaire utilisent le Dosimètre Passif RPL Environnement pour leur contrôle réglementaire d’environnement. Ce dosimètre est également utilisé dans le réseau de surveillance de la radioactivité de l'environnement de l'IRSN.

    Quel dosimètre utiliser pour faire une étude de poste ?

    ​Il revient à la personne compétente en radioprotection (PCR) de choisir, au cas par cas, poste par poste, les moyens de mesure adaptés à l’étude de poste. Elle peut utiliser des dosimètres passifs à lecture différée pour effectuer la totalité ou une partie de cette étude.

    Il existe différents types de dosimètres pour réaliser ces études. Vous trouverez les dosimètres adaptés pour analyser les doses reçues au niveau des extrémités, du cristallin ou dans une zone de travail, sur notre rubrique Dosimètres pour études de postes.

    Nos experts sont à votre disposition pour vous aider à définir votre besoin

    Résultats

    Je suis PCR et je souhaiterais consulter la dose efficace des salariés de l'entreprise.

    ​En tant que PCR, vous avez la possibilité de consulter les résultats dosimétriques sur les 12 derniers mois pour le personnel de votre entreprise, sur le site internet de la base de données nationale SISERI.

    Pour cela vous devez préalablement faire une demande d'accès auprès du service concerné.

    Pour plus d'informations, consultez le site http://siseri.irsn.fr ou contactez l'IRSN par mail à siseri@irsn.fr ou au 01 58 35 84 04.

    Qu’est-ce qu’une pré-alerte ?

    Si nous mesurons une forte dose sur un dosimètre qui n’engendre toutefois pas de dépassement d’une limite réglementaire, nous en informons dans les 48 heures, par courrier, le médecin du travail, ainsi que la Personne Compétente en Radioprotection de l’établissement.

    Ce courrier indique les coordonnées de la personne exposée ainsi que la dose reçue.

    Les seuils de pré alerte sont fixés à :

    • 2 mSv pour une dosimétrie poitrine mensuelle
    • 1,5 mSv pour une dosimétrie poitrine trimestrielle
    • 25 mSv pour une dosimétrie d’extrémité (bague ou poignet)
    • 25 mSv pour la dose peau (mensuel ou trimestriel).

    Ainsi, indépendamment de l’envoi de l’ensemble des résultats des porteurs de votre établissement, cette procédure vous permet une grande réactivité en cas de résultats inhabituels constatés chez une personne bénéficiant d’un suivi dosimétrique.

    Que se passe-t-il en cas de dépassement des limites de doses ?

    En cas de dépassement d'une limite de dose réglementaire, nous contactons systématiquement la personne compétente en radioprotection de l'établissement par téléphone. Un courrier est ensuite adressé à l'attention du médecin du travail et de l'employeur. Si le nom du médecin du travail ne nous avait pas été préalablement communiqué, le courrier est alors adressé à l'employeur avec la mention "A l'attention du médecin du travail".

    En tant que travailleur comment connaître mes résultats dosimétriques ?

    ​Vous pouvez en faire la demande auprès de votre médecin du travail.

    En effet, le laboratoire de dosimétrie de l'IRSN transmet sous forme de relevé individuel mensuel ou trimestriel (selon votre catégorie radiologique) tous les résultats de dosimétrie des salariés à leur médecin du travail.

    Comment obtenir l’historique des doses sur une carrière entière ?

    SISERI (Système d’Information et de Surveillance de l’Exposition aux Rayonnements Ionisants) est disponible pour ces demandes.
    Pour plus d’informations : http://siseri.irsn.fr/ ou siseri@irsn.fr

    Abonnement / Commandes

    À qui s’adresser pour des renseignements relatifs aux bons de commande ?

    Le Service Relation Client est à votre disposition au 01.30.15.52.22 et par courriel à l’adresse suivante : dosimetre@irsn.fr.

    Vous pouvez également utiliser notre formulaire de contact​.

    Que faire pour modifier mon abonnement ?

    ​Toutes vos modifications peuvent se faire très simplement en nous adressant un courriel à : dosimetre@irsn.fr.

    Qu’appelle-t-on dosimètre supplémentaire ?

    ​Chaque année, le laboratoire de Dosimétrie de l’IRSN publie son calendrier prévisionnel d’expédition et d’exploitation des dosimètres.


    Pour chaque période de port (mensuelle ou trimestrielle) une date d’arrêt des modifications des données clients (ou porteurs) est définie, afin de procéder à la production principale de ladite période.

    Exemple : pour la période de port correspondant à Novembre 2010, les modifications des clients doivent être parvenues à l’IRSN avant le 8 octobre 2010, de façon à lancer la production dite « principale » des dosimètres de Novembre.


    Bien entendu, tout demande de dosimètre au-delà de cette date, sera prise en compte, mais dans une production spécifique.

    Ainsi, tout dosimètre commandé au-delà de la date définie dans le calendrier d’exploitation, est appelé dosimètre supplémentaire.

    Que faire pour passer d'un suivi mensuel à un suivi trimestriel ou inversement ?

    ​Vous pouvez modifier la périodicité du port des dosimètres en envoyant de préférence un courriel à : dosimetre@irsn.fr ou éventuellement un fax au 01.30.15.52.24.

    Comment obtenir une attestation d’abonnement ?

    ​Sur simple demande par courriel à l’adresse suivante : dosimetre@irsn.fr en précisant votre numéro d'abonnement (composé d'une lettre et de 8 chiffres).

    Quand recevrons-nous notre facture ?

    La facture est annuelle et vous est adressée en fin d’année. Sa périodicité peut être modifiée, pour cela n'hésitez pas à contacter notre Service Relation Client au 01.30.15.52.22 ou par mail à dosimetre@irsn.fr.


    SISERI

    Qu’est-ce que SISERI et comment y accéder ?

    SISERI est le Système d'Information et de Surveillance de l'Exposition aux Rayonnements Ionisants, il collecte l'ensemble des doses des travailleurs et les rend disponibles auprès de certaines catégories de personnes (médecins du travail, personnes compétentes en radioprotection...)
    Pour plus d’informations : http://siseri.irsn.fr/ ou siseri@irsn.fr